Maîtrise, dignités, débilités planétaires ou l’exaltation de Pluton en Bélier


dwarf planet Pluto isolated on black background, part of the solar system

On prend toujours le risque de rajouter de la confusion à une matière qui peut sembler confuse par sa dimension en partie subjective. Toutefois, je me risque à défendre l’idée que Pluton est en chute dans le signe de la Balance et en exaltation dans celui du Bélier, comme certains astrologues ont pu le suggérer par le passé.

Avant d’aborder précisément la question de Pluton, je vais m’attarder un petit peu sur l’esprit des maîtrises, des exaltations, des exils et des chutes.

Le triptyque -planète, maison et signe- caractérise une multitude de réalités possibles nous permettant d’appréhender notre propre réalité. Si le signe nous dévoile l’étendue des possibilités existentielles en affinité avec les symboles qui les représentent (Bélier, Taureau, Gémeau, etc.), la maison nous apporte des précisions sur les domaines de nos vies concernés. Quant à la planète, elle symbolise cet embryon projeté dans le signe et dans la maison qui donne des précisions sur cette réalité. Il faut toujours 2 entités pour engendrer une troisième. D’un homme et d’une femme naît l’enfant. Le 2 engendre le 3 qui lui-même incarne l’avenir. L’astrologie est là pour refléter cette loi universelle par le prisme : signe, maison et planète.

J’aime à croire que les affinités entre les planètes et les signes dont elles sont maîtresses procèdent du principe d’analogie qui veut qu’un lien intangible et subtil relie une multitude de plans correspondant à des niveaux de réalités différents. Toutefois, pour les exhaltations, je ne me risquerai pas à restreindre ce lien à de simples affinités telles qu’elles sont préconisées pour définir les maîtrises.

La maîtrise incarne cette relation si particulière existant entre une planète et son signe. Les 7 planètes traditionnelles et les transaturniennes ont élu domicile dans les 12 signes du zodiaque.

Le Bélier est le premier signe du zodiaque. Il exprime cet élan vers une action, une incarnation nouvelle, le dynamisme, la spontanéité. Ce signe procède d’une nature instinctive, à contrario du signe de la Balance lui faisant face qui procède d’une nature pondérée, réfléchie, équilibrée. Mars, planète instinctive, entreprenante, désireuse et guerrière, trouve naturellement sa place dans le Bélier comme dans celui du Scorpion, siège de l’instinct, de la puissance de transformation, de la mort et de la survie, deux notions antagonistes ne pouvant se passer l’une de l’autre. Dans le signe opposé, le Taureau, Mars n’est pas à son aise, car ce signe évoque la fertilité, la construction, le matérialisme et l’inertie. De fait, il est en domicile en Bélier et en Scorpion, et en exil dans les signes qui leur sont opposés, à savoir : la Balance et le Taureau.

Pour ce qui concerne l’exaltation, on assisterait à une dimension supérieure, à un élan vers le plus haut que soi, rendus visibles par l’expression d’un être qui s’émanciperait de sa condition humaine d’origine, par exemple. L’exaltation porterait-elle en germe une certaine ambition dans son acception la plus élevée, la plus désintéressée ? En tout cas, l’astre concerné par l’exaltation peut s’exprimer pleinement même s’il n’est pas en affinité avec le signe. Toutefois, il servira les intérêts du signe et de l’astre qui en est maître, comme nous le verrons un peu plus loin.

Par effet de miroir, d’inversion ou d’opposition, la chute ne nous renverrait-elle pas à une planète dotée d’un handicap qui la ferait s’exprimer dans un sens contraire à sa propre nature ? Je m’explique : Mars, planète de l’effort, prompte à agir et volontaire, agira dans le signe du Cancer, lieu de sa chute, en étant sur la défensive (ce qui est contraire à sa propre nature). De plus, comment pourrait-elle trouver sa place dans l’espace clos qu’impose un tel signe?

La chute de Saturne en Bélier est tout aussi intéressante, car Saturne, secondaire, renvoyant au principe de fixité sur le plan existentiel n’est pas très à l’aise dans un signe primaire qui symbolise la mobilité, l’élan, une force spontanée qui jaillit. Dans les faits, Saturne aura du mal à faire valoir ses valeurs d’élévation, d’édification et d’ambition. Il est beaucoup trop tôt pour que la fonction martienne participe aux valeurs d’élévation de Saturne. Il lui faudra attendre son arrivée dans le Capricorne pour qu’il s’accorde avec Saturne, maître de ce signe.

Toutefois, lors de l’interprétation d’un thème individuel, il ne faudrait pas faire l’erreur de transposer l’interprétation de Saturne en chute en affirmant que l’ambition, la capacité à édifier ou à s’élever est impossible avec Saturne en chute en Bélier; en effet, cela peut accentuer un sentiment de manque, une frustration qui peut pousser une personne à redoubler de force pour compenser la carence générée par la chute de la planète. Les aspects à Saturne et l’ensemble du thème nous éclairereront sur ce point.

Si Mars est en chute dans le Cancer, il est en exaltation dans le Capricorne. Toutefois, comment Mars, planète de mobilité, peut-elle être exaltée dans le Capricorne, signe de fixité, dans son acception la plus courante ? Si on ne raisonnait que par affinité pour définir les exaltations, un certain nombre d’entre elles, largement admises aujourd’hui, ne seraient pas crédibles. Comment Saturne pourrait être en exaltation dans le signe de la Balance, siège de Vénus?

En ce qui concerne le Capricorne, celui-ci peut se départir de son immobilisme ou d’un certain fatalisme inhérent à sa planète maîtresse, Saturne, par le haut, l’ambition, l’émancipation, la verticalité, l’ascèse. Rappelons-nous cette illustration de la chèvre qui grimpe une falaise pour atteindre une des extrémités du monde. Il y a une dimension jusqu’au-boutiste dans les valeurs que portent le signe du Capricorne et la planète qui la maîtrise. La notion d’effort qui en résulte fait écho à un Mars pourvu de l’énergie nécessaire à la mise en œuvre de telles ambitions.

L’esprit de l’exaltation serait de donner la possibilité d’accéder à un plan supérieur (aussi bien dans un sens spirituel que matériel) et de donner une direction, du sens, un certain ordre. Le Soleil est exalté en Bélier, car ses attributs permettent de donner à l’énergie de création du Bélier une direction, un ordre, le Soleil organisant tout notre système solaire. Il est en chute en Balance, signe marquant le point d’équinoxe où les jours vont décroître et la fin d’un processus de croissance des forces de vie préparant l’avènement du signe qui suit : le Scorpion.

L’exaltation de Saturne dans ce signe n’est point le fait du hasard, car il met un point d’arrêt à un processus où les forces vives sont en pleine expansion. Toutefois, il permet d’élever ce sentiment de plénitude à un autre niveau qui pourrait passer par l’abandon de son propre ego, du désir pour soi. L’épanouissement peut passer par une relation à l’autre moins tactile et plus platonique, voire spirituelle. La chute de Saturne dans le signe du Bélier s’explique par le fait qu’elle ne peut s’exprimer pleinement dans le signe qui incarne une dynamique incessante et les forces vives de la création.

Voilà, j’interromps temporairement cette balade pour me concentrer sur Pluton, astre maître incontesté du Scorpion. Pluton situé aux confins de notre système solaire représente le pouvoir de transformation, la mort, la résurrection. Il incarne la pulsion de mort et de transformation nécessaire à la renaissance. Il est en exil dans le signe du Taureau, signe incarnant le processus de vie en pleine expansion.

Pourquoi attribuer une exaltation à Pluton dans le signe du Bélier ? Peut-être parce qu’il incarne cette grande dynamique permettant le renouvellement de la vie. Il initie le printemps cosmique. D’autre part, il représente cette pulsion de vie contenant en germe la pulsion de mort. A partir du moment où la dynamique de vie s’incarne, son processus destructeur est à l’oeuvre. Paradoxalement, le processus de destruction alimente cette pulsion de vie qui finalement n’est qu’un processus de survie. L’un est la nécessité de l’autre, et vice versa. Dans le signe du Bélier, le Soleil et Pluton sont les deux octaves supérieures de Mars qui donnent du sens à son action, alimentant aussi bien la dynamique de vie que celle de la mort. N’oublions pas la dimension conflictuelle et destructrice du Bélier. Si Pluton est en exaltation dans le Bélier, il est en chute dans la Balance. En effet, comment cet astre pourrait-il s’exprimer pleinement dans un signe qui symbolise l’équilibre, l’amour, une forme d’ascétisme, une verticalité en direction d’en haut ? Si Saturne évoque le plafond de verre marquant la limite de notre monde, Pluton évoque la disparition de ce même monde préparant ainsi sa rénovation en profondeur. Si une conjonction Vénus-Saturne peut évoquer un amour platonique ne remettant pas en question l’intégrité des valeurs portées par le signe de la Balance, il en est tout autrement au sujet de la conjonction Vénus-Pluton qui parlera d’amour mort ou renouvelé.

En ce qui concerne l’exaltation de Jupiter dans le signe du Cancer, elle permet à ce signe lunaire, siège de l’intime, de l’entourage familial, une évolution vers d’autres modes de filiation non génétiques, si j’ose dire. On va dans le sens d’un élargissement du cercle. Il est en chute dans le signe du Capricorne, car ce signe s’oppose à l’idée de filiation et d’expansion. D’ailleurs, Jupiter, en chute dans ce signe, peut expliquer la voracité ou la boulimie de ceux qui l’ont dans leur thème, s’appuyant sur un sentiment d’insatisfaction chronique (exemple : Gérard Depardieu qui a développé un véritable appétit jupitérien).

Neptune, quant à lui, est en exaltation dans le signe du Lion, car il donne aux valeurs du signe, porteur des valeurs solaires et des valeurs d’amour, sa dimension universelle.

Uranus, quant à lui, apporte au Scorpion l’éveil nécessaire à la résurrection, au renouveau, en exhortant Pluton à servir un tel dessein. Sa chute en Taureau inaugure un désordre remettant en question tout acquis.

En fait, l’exaltation nous renvoie à plusieurs niveaux de réalités possibles à partir d’une même idée, voire d’un même destin. Elle nous renvoie également à cette idée que la notion de fatalité n’est peut-être pas inéluctable dans une certaine mesure. Elle nous renvoie à l’idée que nos vies peuvent prendre une dimension supérieure en élargissant nos perspectives existentielles ou spirituelles.

Article publié par Stéphane RIEUX le 5 octobre 2018

Tous droits réservés



Catégories :Astrologie Mondiale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :