François 1er, Pie XII, la crise, la guerre…


L’année 2013 termine son premier trimestre. Un des évènements principaux aura été le départ de Benoit XVI et l’élection de son successeur François 1er dans un contexte économique mondial particulièrement difficile.

La question de l’église et de sa place dans nos sociétés est à chaque fois reprise par les médias lorsqu’un pape disparaît et qu’un successeur lui est désigné.  Dans l’intervalle, la ferveur tranquille des catholiques les plus assidus retient son souffle comme si le temps était suspendu à la désignation du nouveau pape.

La religion catholique, en principe, dépositaire de valeurs humanistes n’en est pas moins contestée par une partie de la société lorsque celle-ci prend position sur des sujets de société tels que le mariage, la sexualité….

Au cours des siècles sa politique d’évangélisation a permis la conversion de différentes populations à travers le monde lui donnant ainsi sa dimension universaliste. Cet universalisme s’est fait au prix de bien de souffrances et d’acceptation de ces peuplades à être converties au cours des siècles dans un contexte historique propice. En effet, l’évangélisation était devenue un enjeu politique pour certains souverains qui cherchaient à accroître leur influence dans les territoires qu’ils convoitaient et dans ceux qu’ils gouvernaient. Ainsi, la relation particulière de l’église avec les pouvoirs en place a permis au cours des siècles l’expansion qu’on lui connaît aujourd’hui.

L’église catholique a vocation à être humaniste, universaliste et dogmatique comme toute religion censée porter une parole de « vérité » immuable.

La démission de Benoit XVI a donné lieu à l’élection de François 1er.

Comme je l’avais mentionné dans mon article sur les prévisions de 2013 il y a une similitude de faits remarquables entre la période de crise actuelle qui a commencé en 2008 et celle des années 30 marquée  par des années de crises, économique et financière, des famines et plus tard de guerre ( ttp://stephanerieux.wordpress.com/2012/12/17/previsions-astrologiques-2013-france-monde-hollande-fin-du-monde/). Ces deux périodes sont confrontées à des configurations planétaires similaires (Saturne-Uranus puis Pluton-Uranus). En 1939 un peu avant la guerre, PIE XII est proclamé pape. Il est intéressant de noter qu’il est né sous l’influence du carré Uranus-pluton (cycle Uranus-Pluton) dont on connaît les répercussions et les correspondances avec des périodes de troubles de grandes ampleurs constatées dans les années 30. Eh bien! il en est de même pour François 1er. En effet, celui-ci est né sous la même influence que PIE XII. Comme pour PIE XII, François 1er est en phase avec son époque.

image002
Pape François 1er – Né le 17 décembre 1936 à 21H00 dans le quartier de Buenos Flores – Source Didier Geslain et Grazia Bordoni
image001
Pape pie XII – Né le 2 mars 1876 à 22H30 à Rome

La comparaison de ces deux périodes qui ont permis de mettre en évidence des similitudes évènementielles notables se confirme par la nomination du pape François. Espérons que l’histoire ne se répète pas de la même manière car on sait ce qui a succédé à la nomination du pape PIE XII! En tout état de cause comme je le mentionnais dans mon article sur les prévisions de 2013, même si les configurations en jeu sont les mêmes, les signes astrologiques en cause sont différents (en l’occurrence pour Pluton). Ainsi, si une guerre d’amplitude mondiale devait se déclarer dans les années à venir, il est probable que le scénario serait bien différent de celui des années 30. A l’époque, sur un fond d’antisémitisme, la guerre fut provoquée par des circonstances  multiples telles que la crise financière, la crise économique et la famine qui favoriseront la venue au pouvoir de Hitler, principal initiateur de la deuxième guerre mondiale.

Aujourd’hui, comme nous l’avons vu, certaines circonstances majeures sont également présentes mais le contexte historique est bien différent. L’Europe, malgré ses déboires politique et financier actuels est néanmoins beaucoup plus structurée et unie qu’elle ne l’était par le passé. D’autre part, Il n’y a pas d’ambiance antisémite majeure susceptible d’engendrer, sur fond de crise, une guerre similaire à celle de 39-45.

Le système économique mondialisé est perfusé et tient par la bonne santé relative de certains pays du monde tels que la Chine, l’Inde, certains pays arabes et certains pays de l’Europe du nord. Mais qu’en serait-il si ces pays étaient en difficulté, sachant qu’en Europe les pays s’appauvrissent davantage au fur et à mesure du temps qui passe (Grèce, Italie, Espagne, Chypre, France )?

A l’heure du constat, il serait difficile d’avoir une vision idyllique de la situation d’aujourd’hui. Si un climat de guerre devait se mettre en place, il faudrait que le système économique et financier ne puisse plus alimenter les sociétés. A ce propos, les pays qui perfusent l’Europe détiennent un pouvoir de plus en plus considérable sur les pays de l’Union européenne. La perfusion entretenue est un moyen d’asservir un pays à sa cause. Ainsi l’impérialisme n’a pas besoin de faire la guerre pour prendre possession de territoires. La guerre peut se faire à un autre niveau et pour d’autres raisons que celles qui consistent à conquérir de nouveaux territoires. La finance actuelle possède des outils à sa démesure pour mener à bien cette politique de conquête, non plus des territoires, mais des économies du monde entier. La crise actuelle ne fait que renforcer cette situation et la réponse à cet état de fait pourrait être une révolte de certains peuples qui finiraient par vouloir se replier sur eux-mêmes en se réfugiant derrière les partis politiques radicaux qui portent ces valeurs de repli national (partis qualifiés d’extrême droite). Les défis lancés au marché de la finance pourraient-ils susciter de vives réactions des acteurs principaux de cette finance mondiale  caractérisée par les pays les plus puissants tels que : les Etats-Unis, la Chine et la Russie, les banques, les multinationales qui influencent les politiques intérieures et extérieures des pays, Les fonds d’investissement spéculatifs qui provoquent artificiellement la montée des cours des matières premières et des céréales? possible. Ce qui serait de nature à asphyxier les pays récalcitrants au système.

En tout état de cause, un peuple qui a faim est à la merci de ceux qui tiennent un discours d’espoir et stigmatisant car il permet de qualifier et d’identifier le mal à combattre. C’est une des raisons pour lesquelles, les partis politiques radicaux tirent leur épingle du jeu en pareille circonstance. De fait, le monde de la finance n’a pas intérêt à voir les pays se replier sur eux mêmes. C’est la raison pour laquelle elle doit gagner la bataille de l’information pour lui permettre de noircir les partis politiques à vocation  nationale. Il n’est pas ici question de faire passer pour des victimes des partis radicaux ou extrémistes, mais seulement de mettre en exergue des profils de lobbies qui par leurs intérêts divergents sont de nature à se combattre. C’est une des raisons pour lesquelles les financiers ont vite compris qu’il fallait gagner la bataille de l’information en rachetant  les fabricants de l’info. Ensuite, il suffit de faire passer le message que la pensée nationaliste, au sens de la nation, est une pensée fasciste. L’affaire est dans le sac… Les partis démocratiques n’osent plus parler de nation libre, souveraine et indépendante et laissent l’idée de la nation aux partis extrémistes, la nation devenant toute proportion gardée assimilable au nationalisme, national socialisme, au fascisme. Tout cela pour dire qu’un pays replié sur lui-même ne fait pas l’affaire du monde de la finance puisque le pays en question décide seul de sa politique économique. En contrepartie, les investisseurs ont les moyens d’asphyxier les pays récalcitrants à leur modèle économique pour les raisons évoquées plus haut. Ces tensions peuvent être source de conflits et de guerre.

Astrologiquement parlant, dans les années 30 si Pluton qui était dans le signe du cancer désignait la puissance des nations contestée par Uranus en bélier contestataire et insurrectionnel générateur d’un climat ayant aussi bien servi l’Allemagne impérialiste que ses propres ennemis (Pluton en rapport avec  la notion de puissance et le signe du Cancer en rapport avec les nations) Pluton en capricorne désigne la puissance des états envisagée dans ses structures politiques, financières et économiques. Uranus en bélier en conflit avec Pluton illustre un climat de contestation majeure pouvant générer de violents conflits.

Le pape François est proclamé chef de l’église dans un climat particulièrement tendu, bien rendu dans son thème natal. L’analyse de ses dominantes planétaires met en évidence un personnage pouvant être pris dans les tourments contestataires de l’histoire et devant porter l’idée de rénovation  (Uranus proche du MC en conflit avec un Pluton à l’ascendant ). Il est dans un même temps marqué par un certain conformisme (Soleil en sagittaire associé à un Jupiter respectueux du droit établi, des institutions). Cela correspond à l’ambivalence de la fonction qui consiste à faire évoluer la « maison Dieu » tout en respectant le dogme. Son maître d’ascendant, la Lune, en verseau en conflit avec Uranus tend à lui faire adopter une posture non conventionnelle. Actuellement, Pluton maître des rénovations et du pouvoir est  positionné sur un mercure au descendant tourné vers les autres et la communication en général. Se pourrait-il qu’il adopte un discours rénovateur poussé par la contestation interne à l’église ? Possible, d’autant plus que Pluton maître de la maison IV qui peut désigner la communauté d’esprit et religieuse est en conflit avec Uranus. En tout état de cause, si Pluton donne de la puissance et de la portée à la parole d’un homme, il peut jeter un voile sombre sur une pensée claire qui se heurterait à l’incompréhension d’une grande partie des individus. Mais bon, gageons qu’avec un tel mercure en capricorne aussi bien disposé la maîtrise semble plutôt de mise malgré une agression de Mars qui peut le faire agir ou parler dans la précipitation, ce qui est bien dans l’esprit d’un sagittaire.

En conclusion, l’arrivée du pape François 1er semble correspondre à un moment particulier de l’histoire du monde comme pour PIE XII. Souhaitons que le chemin tracé par les évènements récents  ne nous conduise pas dans une situation particulièrement destructrice. La méthode coué ne suffira pas à infléchir une telle tendance. Les faits sont têtus et seules des actions de nature à contrer le marasme actuel en Europe et ailleurs dans le monde pourra nous faire entrevoir des perspectives salutaires.

Dans ce pessimisme ambiant, attardons-nous sur cette belle configuration de juillet 2013 où Jupiter, Saturne et Neptune, mettront en relation l’ordre, la structure, l’émancipation, les idéaux et le collectif. Tout d’abord la relation Jupiter-Neptune peut correspondre à l’émancipation et à la cohésion de certains peuples, à l’émergence d’idéaux pouvant être repris par des communautés de pensées (émergence de partis politiques ou idéal repris par des partis existants…). Saturne donnera de la structure à cet éveil et à ces initiatives. Cette configuration ambitieuse, difficile mais constructive devrait pouvoir coïncider avec l’émergence d’un climat plus consensuel ou de coalition, tout cela dans un contexte difficile et délétère illustré par la difficile configuration Uranus-Pluton beaucoup plus forte qui survivra à la belle configuration que je viens d’évoquer.

Afin d’illustrer l’état de tension qui règne dans le climat d’aujourd’hui,  je termine mon article au moment où la Corée du nord vient de déclarer la guerre à la Corée du sud.

Article publié par Stéphane RIEUX

 

Publié par

Depuis 25 je me suis intéressé aux Sciences Humaines dont l'Astrologie. J'ai étudié les ouvrages des plus grands auteurs de notre temps en la matière, André BARBAULT, Hades Yaouanc. En 2005, j'ai fait la connaissance de Didier GESLAIN qui est une référence dans ce domaine et grand pourvoyeur de données de naissance incontestable nécessaire à des études sérieuse. Cette rencontre m'a fait connaître d'autres Astrologues passionnés et intègrent dans leur pratiques.

Un commentaire sur « François 1er, Pie XII, la crise, la guerre… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s